✏️ La chronique d’Isa-belle-mais-non: Ahhhhh c’est le Printemps !

11 comments

 

 

Ahhhhh c’est le Printemps !
Mon gobelet se remplit de cette CHOSE à 0.40 c d’€, que le distributeur crachouille en t’annonçant « café-court-sans-sucre « .

Pousse la porte, soleiiillll, oiseaux ♫…Voilà, je prépare un bronzage à marques-de-chaussures-de-tee-shirt-de-lunettes, sur les marches de ma boite, entre midi et deux. Ma pose cool.

Je rêvasse, les yeux mi-clos, sur mes gardes quand même au milieu des bzitements … un vrai trafic aérien, bourdons, mouches, abeilles… Floc ! Une guêpe vient de tenter un suicide dans mon chose-café.
Sauvetage prudent de mon liquide noir( pas d’ la guêpe, une de moins !).
Bouh, ça me donne le frisson, rien que de la voir.

TNUT TNUT ♪ !
Allez ! Encore un de ces mecs myopes comme une taupe qui passe sur la départementale et klaxonne dès qu’il voit une nana , même si c’est un gros tas.
TNUT TNUUUUUT♪
Non mais quoi !! La suicidaire+le myope-obsédé-du-klaxon , c’est trop là ! PFFUITTT ma pause-minute-zen s’est évaporée.
Je jette mon reste de café sur la terre avide qui slurpe le liquide, et je lève la tête.
C’est pas un mec, qui klaxonne,c’est une nana devant le portail. Tnut-Tnut-Youhhouuuu ! ♫
Je plisse mes zyeux et vois Bichouille ! Ma copine-que-ça-fait-looooonnggttemmps qu’on s’est pas vues !
Course, bisous :
– D’as vu un beu, tout ce bollen qui bole !
Bichouille me fait signe de monter, m’enferme dans sa voiture, CLOC-CLOC ! Sécurité-portières et s’avance sous l’ombre des arbres bleins de bollen beurdrier…
Elle me parle de derrière un gleenex, qu’elle colle sur son nez, lève ses lunettes noires :
– D’as vu dans guel édat je suis !
DAMNED ! OUI, je vois. Ses yeux sont si rouges et larmoyants qu’ils font picoter les miens.
– T’en fais pas pour moi, remets tes lunettes, va ! (Oh mon Dieu, vite, caches ça !).
Pauv’Bichouille est allergique.
Et franchement le printemps pour elle, c’est genre l’histoire du soleil et de Dracula : quand vient l’heure du Roi-du jour, le conte-des ténèbres à intérêt à faire profil bas. Caché-PAS-coucou.

Aux premiers pollens printaniers, Bichouille reste cloîtrée, sinon elle devient toute laide, bouffie, une mocheté, presque elle fond.
Entre deux éternuements, elle me raconte ses brojets embêchés par son galvaire d’allergique. Elle parle, elle parle, je l’écoute un peu distraite, tapote mon chemisier plein de poudre jaune… Oh, ça me grattouille…et dans un rai de lumière traversante, je vois dans la voiture passer un vol de pollen en pleine forme, juste devant mes yeux : youppiiiiii, je suis jaune et j’ai vu un nez d’allergique, AH AH !
L’habitacle est plein du pollen entré avec moi avant que les portes ne se referment. Je change de position, me mets devant la lumière qui fusaient entre deux branches. OUF, pollen est redevenu invisible.
Re-concentration, elle n’a rien vu.
– Tu disais ? (Pétard, ça me gratte de partout !)….
Bichouille toussote, et bla bla bla….Et d’un coup, la voilà qui se met à siffler en respirant. Elle plonge à mes pieds, attrape son sac, en sort un autre sac, et jette en vrac sur mes genoux des boites d’antihistaminiques, de corticoïdes,de sprays… une pharmacie ambulante… et comme une assoiffée qui vient de traverser le désert, Bichouille avale littéralement l’embout d’un spray de Ventoline, PSSSHIIITTTT
Silence. Je n’ose plus bouger, à peine si je respire…En tout cas, moins bruyamment que Marry-Bichouille-Poppins, écroulée sur son sac-à-médoc-sans-fond.
Dans ma main crispée, mon gobelet vide est tout écrabouillé tellement j’ai stressé. J’ose un  » Ça va ? ».
– OUICHE, je grois que je bais rendrer !
Mouhais. Je ne sais pas comment elle va faire pour conduire, et je pense très fort à toutes les voitures qui vont la croiser, dans son flouté d’œil larmoyant.
– Tu veux pas que j’appelle quelqu’un ? Parce que là quand tu respires, on dirait Dark Vador ! Tu me dirais « je suis ton père », ça me surprendrais même pas !
– Non, ça va aller, j’ai l’habidude. Ne d’inquièdes pas. En fait, j’allais acheder des fleurs..
– DES FLEURS !!!!!!
– Oui, en dissu ! J’ai dellement envie de fleurir ba baison… Je n’ai drouvé gue cedde solution. Dis Isa, du veux pas un hisdaminigue ? D’ arrêdes bas de te gradder… Une allergie ?
A présent elle respire mieux, mais sa voix, c’est pas encore ça… disons qu’elle parle…. comme le Père Fouras.
Derrière ses lunettes, je sens la compassion face à l’allergique potentielle que je suis. Elle range la boite qu’elle me tendait et que je viens de refuser, m’embrasse, m’assure qu’elle sera prudente, démarre.

Je rentre. Ma chemise noire est de nouveau jaune de pollen, je remonte mes manches : on dirait que mes avant-bras ont frôlé des orties…
– Oh, mais Isa, tu fais un urticaire ! T’as un antihistaminique sur toi ?

Ben… Non. DAMNED. Bis.

pollen


 

Tout sur cette nouvelle rubrique Isa-Belle-Mais-Non
Suivez et likez:

11 comments on “✏️ La chronique d’Isa-belle-mais-non: Ahhhhh c’est le Printemps !”

    1. Mon frère petit avait une crise ds qu’il se levait… minimum 40 atchoums d’affilée… Polaramine était son amie et Rouleau de sopalin encore plus 😉

    2. Eh bien c’est toujours mon « amie »… Enfin sa version plus récente… Et les mouchoirs tous doux ont remplacé le sopalin (trop irritant quand tu éternues 6 mois de l’année au moins)!

    3. Après polaramine qui n’était plus efficace, il a eu droit au Zirtec qui visiblement lui a enrayé ses éternuements
      Mais j’avoue que c’est vraiment pas drôle pour ceux et celles qui souffrent de cette allergie !

  1. suis allergique a rien ..;ce qui m’arrangerait c’est une allergie a la porte du frigo!!

    1. OOHHH VVVVVOUIIIII ! Une allergie à la porte du friiiiiiggooooo ! Je connais déjà trois bons antihistami-grosse-du-frigo : 1/LA CABINE-D’ESSAYAGE-NON-MAIS-C’EST-QUI-ELLE-?, 2/LE MAILLOT-DE-BAIN-POUARRGG 3/ LE TUBE DE SOMATOLINE-CA-MARCHE-PO-DONT-TON-MARI-T’AS-MONTRE-LA-PUB.

Laisser un commentaire