SoPsY: quel est votre type d’intelligence???

SoPsY: 

Coucou les MouseCatchers
Voilà la chronique désormais hebdomadaire de SoPsY (voir sa présentation ICI)

Cette semaine, SoPsY nous propose d’apprendre à mieux nous connaître en nous expliquant les types d’intelligences des individus!

Alors? Quel est votre type d’intelligence?

Et surtout, n’hésitez pas à échanger avec SoPsY dans les commentaires 😉

XOXO

TheMouse

Retrouvez ICI toutes les chroniques de SoPsY

NB: je ne suis pas SoPsY… SoPsY est une personne que je connais dont la psychologie est une passion… mais chuuuuuut elle est ici rien que pour vous et incognito, elle est « psyblogueuse » maintenant 😀
💕💕💕💕💕💕💕💕💕💕💕💕💕💕💕

Hello les Silvers,

Les dernières semaines, nous avons évoqué les meilleures façons de s’accepter. Or, pour s’accepter, il est nécessaire de se connaitre. Si notre fonctionnement affectif est important, il est indissociable de notre fonctionnement cognitif.


Howard Gardner, psychologue américain, a proposé un modèle basé sur l’existence de sept à neuf types d’intelligence distincts. L’intérêt de ce modèle est de mettre en évidence l’idée selon laquelle chacun d’entre nous peut avoir des modes de fonctionnement privilégiés et qu’aucun n’est meilleur que les autres. Ils sont tous différents et complémentaires.

… Alors, les Silvers, quel est (sont) votre (ou vos) type(s) d’intelligence(s) privilégié(s)?

Mais quel est mon mode cognitif privilégié?

  

Les types d’intelligence selon Gardner

  • 1- l’intelligence linguistique

Il s’agit de la capacité à utiliser les mots. Les personnes qui sont plutôt du type linguistique, aime utiliser les mots à l’écrit comme à l’oral. ils aiment parler, écrire lire, inventer des histoires ou les écouter.

  • 2- L’intelligence logico-mathématiques

Il s’agit de la capacité à penser de façon abstraite et logique. Les individus qui ont des compétences en la matière, aiment les chiffres, les ordinateurs, les sciences aussi. Ce sont des personnes qui aiment trouver des liens logiques entre les évènements et qui sont rassurés quand la logique leur permet de donner un sens à la vie. Ce sont des champions de la déduction.  

  • 3- L’intelligence spatiale

Il s’agit de la capacité à se situer dans l’espace, à l’organiser. Les individus à dominante spatiale se repose beaucoup sur les informations visuelles pour comprendre et mémoriser les informations. Ce sont des personnes qui vont utiliseravec brio les schémas, comme les cartes mentales par exemple.

  • 4- L’intelligence musicale

C’est la capacité à utiliser les sons, organisés en musique ou non, pour appréhender le monde. Il existe également une forme d’intelligence sensorielle liée aux sons. Certaines personnes se souviennent des événements ou des données avec plus de facilité s’il existe un lien avec un son ou une musique.

  • 5- L’intelligence corporelle-kinesthésique

Il s’agit de la capacité à utiliser son corps pour interagir avec le monde. Ce sont des personnes qui sont généralement sportives. Ce sont aussi de personnes qui peuvent avoir besoin de passer par l’écriture pour comprendre ou mémoriser des données.

  • 6- L’intelligence interpersonnelle

C’est la capacité à interagir avec les gens. Ce sont des personnes qui sont très actives au sein d’un groupe et qui vont tirer bénéfice d’une structure groupale pour exprimer leurs compétences. Ces personnes ont besoin des autres pour mettre en mouvement leurs compétences. 

  • 7- L’intelligence intrapersonnelle

Il s’agit de la capacité à travailler seul. Les personnes qui bénéficient de cette capacité, travaillent mieux lorsqu’elles sont seules, face à elle-mêmes.

 

Comment les utiliser?

La première des utilisations est, comme mentionné précédemment, de mieux se connaitre et donc de mieux s’accepter. Si je suis plutôt interpersonnel, ce n’est ni bien, ni mal. C’est un fait dont je peux me servir pour faire de mon mieux et rendre mon quotidien plus facile.

Dans un second temps, ce modèle peut permettre de comprendre pourquoi l’école a été ou non un lieu d’épanouissement. En effet, à l’école, les types d’intelligence privilégiés sont principalement les deux premiers: l’intelligence linguistique et l’intelligence logico-mathématiques. L’enfant qui n’est pas conforme à ces fonctionnements, peut se sentir mal considéré et grandir avec une image dépréciée: «je suis nul car je n’arrive pas à raisonner comme les profs me le demandent ». En fait, l’enfant n’est pas nul. Il est juste différent du modèle dominant.

Dans un troisième temps, la compréhension de la pluralité des fonctionnementscognitifs peut amener à envisager des moyens d’exister, notamment au niveau professionnel, en lien avec notre fonctionnement cognitif propre. Ainsi, celui qui est plutôt spatial a de fortes chances de devenir un bon architecte.


Mais s’il est plutôt interpersonnel, il aura besoin de trouver le moyen de travailler en équipe. Si le mode intrapersonnel lui convient mieux, il est préférable qu’il crée son propre cabinet et se gère seul. Nous n’avons pas qu’un seul type d’intelligence en nous. Nous disposons de plusieurs modes qui se conjuguent avec des dominantes diverses.

Enfin, ceci peut également nous aider à comprendre nos proches. Un enfant qui est plutôt kinesthésique peut avoir besoin de bouger ou d’écrire pour faire ses apprentissages. En permettant à notre enfant de mieux se connaitre, on lui permettra aussi d’emprunter des chemins facilitateurs plutôt que des chemins escarpés. Et si l’on connait le mode de fonctionnement de notre conjoint par exemple, on utilisera une communication en lien avec cette connaissance. Ainsi, si vous avez quelqu’un de très logique en face de vous, vos arguments seront mieux entendus si vous créez des liens logiques entre les différents éléments d’une situation.
Alors, les Silvers, avez-vous trouvé comment utiliser au mieux votre mode de fonctionnement cognitif?

XoXo

SoPsY
 
 

Reblog: Faire confiance aux autres, une question d’intelligence (Source : Le Huffington Post)

Voilà un article vu dans le Huffington post … je suis sûre que les MouseCatchers savent faire confiance!… une qualité à développer! xoxo TheMouse ___________________________________________________________________________
Faire confiance aux autres, une question d’intelligence

Le HuffPost  |  Par Stanislas Kraland Publication: 17/03/2014 15h49 CET  |  Mis à jour: 17/03/2014 15h49

faire confiance

La méfiance serait-elle un gage d’intelligence? Faux, répondent deux chercheurs en sociologie de l’université d’Oxford. Selon eux, plus une personne est intelligente, plus elle aurait tendance à faire confiance aux autres. | Daly and Newton via Getty Images

PSYCHOLOGIE – La méfiance serait-elle un gage d’intelligence? Faux, répondent deux chercheurs en sociologie de l’université d’Oxford. Selon eux, plus une personne est intelligente, plus elle aurait tendance à faire confiance aux autres. Dans une étude publiée par la revue Plos One, Carl Noah et Francesco Billari ont remarqué que les personnes qui avaient les plus mauvais résultats aux tests d’intelligence étaient aussi celles qui faisaient le moins confiance aux autres. Et inversement.

Lire aussi: » L’esprit d’aventure rend plus intelligent » Non, nous ne sommes pas plus intelligents que tous les animaux

Si l’on pouvait penser que ceux qui feraient confiance un peu trop facilement aux autres Intelligence de caractère En réalité, expliquent les chercheurs, qui se sont appuyés sur une importante base de donnée américaine, la General Social Survey, il pourrait y avoir deux explications à ce paradoxe. Premièrement, les personnes les plus intelligentes seraient plus à même de juger des personnalités des autres, et donc de créer des relations avec les personnes les moins enclines à les trahir. Deuxième raison, les plus malins d’entre nous apprécieraient mieux les situations, sachant déceler celles où l’autre pourrait avoir un intérêt à trahir. « Il y a un lien entre intelligence et confiance », explique Carl Noah, « même lorsque l’on prend en compte dans l’équation le statut conjugal, le niveau d’éducation et le revenu ». De quoi confirmer ce que d’autres chercheurs avaient remarqué: bien juger de la personnalité des autres est une caractéristique de l’intelligence humaine qui s’est développée grâce à la sélection naturelle ». Un impact sur le bien-être et la santé Pourquoi ces résultats sont importants? Parce que la confiance n’est pas qu’un mot. D’autres études ont en effet montré que les personnes qui font confiance aux autres sont en moyenne plus heureuses et en meilleure santé. Une corrélation qui, selon ces nouvelles données n’est pas liée à l’intelligence. En d’autres termes, c’est parce que l’on fait confiance aux autres que l’on est en meilleure santé et plus heureux, pas parce que l’on est plus intelligent. D’où l’intérêt, selon les deux sociologues, de promouvoir le sentiment de confiance dans la société:

« L’étude de la confiance au niveau sociétal a des implications en terme de santé publique, de politique gouvernementale et d’initiatives privées d’aide sociale, et nous avons de bonnes raisons de penser que les gouvernements, les groupes religieux et les organisations civiques devraient cultiver la confiance dans la société », conclut Francesco Billaro.